Quand le chien est une F1

Publié le Publié dans Non classé

Ca se voit un peu quand même, dans les parcs, les terrains des clubs, les cours d’éducation mais aussi malheureusement dans les refuges et les associations: en ce moment, beaucoup de nouveaux propriétaires font le choix d’un berger australien, d’un border collie ou d’un malinois.

Difficile de dire pourquoi leur côte à grimper d’un coup. Leur image de super chien? De chien facile à éduquer? Leur physique? L’air du temps?
Mystère et boule de gomme.

Ils sont tous sans conteste de très chouettes chiens mais ils sont également tous ce qu’on appelle des chiens « actifs ». Ou « sportifs » comme vous préférez. Des chiens qui ont été sélectionnés pour leur endurance, leur réactivité, leur implication et leur intellect. Des chiens avec des besoins élevés de stimulations physiques et mentales.
Et c’est là que commence parfois les soucis, pour ceux qui n’avaient pas pleinement conscience des besoins spécifiques de l’individu qu’ils accueillent dans leur foyer.

Savoir se dégager le temps nécessaire.

Nos chiens s’ennuient. Pas tous tous les jours, mais il est vrai que leurs vies sont plus souvent trop pauvres que trop riches.
Nos chiens dépendant en grand partie du temps que nous avons à leur accorder pour satisfaire leurs besoins, il est évident que nos divers impératifs et loisirs autres peuvent être incompatibles avec la pleine satisfaction de ces dits besoins.
Le fait de ne pas pouvoir répondre à ses besoins de dépense physique, d’exploration, de réflexion, de contacts sociaux, plonge le chien dans un état d’inconfort dont il va chercher à se sortir par des stratégies adaptatives, que nous nous appelons problème de comportement.

Il y a souvent un écart entre ce dont nos chiens ont besoin et ce que nous leur proposons. Dans certains cas, un petit réajustement du temps que nous consacrons à notre chien (et de ce que nous faisons durant ce temps) et la mise en place d’activités autonomes permettent d’assurer un quotidien confortable et agréable à tous. Mais parfois ce n’est pas un petit pont en bois qu’il nous faut construire pour aller de ce que nous offrons à ce que nous devons proposer à notre chien, parfois c’est le fichu pont de San Francisco que nous avons à bâtir.

Avoir un chien actif nécessite du temps, du temps où nous sommes présents, pour lui permettre de s’exprimer, de développer et utiliser ses compétences. On peut coller des rustines à coups de Kong ou sprinkles, cela ne suffira pas.

Savoir comment occuper et dépenser.

Le défi ne s’arrête pas à prendre conscience des besoins élevés de notre compagnon, et à se dégager le temps nécessaire pour y répondre, il faut également savoir comment occuper ce temps.

Vient ici souvent le jeu de balles qu’on utilise pour dépenser le chien. Et qui va faire pire que mieux.
En plus des dangers physiques auxquels les jeux de lancers exposent le chien (et dont vous trouverez sans problème les explications sur internet), ce jeu ne va tout simplement pas le fatiguer. Aucune réflexion n’est nécessaire pour courir derrière une balle et la ramener, et le temps et la répétition faisant leur œuvre, l’endurance progressive de votre chien ne vous permettra même plus de le fatiguer physiquement. Par contre, l’adrénaline elle sera bien au rendez vous, et à la fin vous avez un chien bien excité et pas du tout fatigué. Pire que mieux je vous disais.

Il y a un grand nombre d’activités bien plus efficaces, mais aussi et surtout constructives et enrichissantes pour votre chien. Des très physiques comme les sports de traction, des très réflexives comme le pistage, des qui mixent les deux comme l’agility.
Et des plus ou moins excitantes. Il ne s’agit pas seulement de pratiquer une activité intelligente (dans le sens réellement satisfaite pour le chien), mais aussi de la pratiquer intelligemment. Les chiens actifs sont souvent des chiens intenses dans leurs activités, et si travailler dans la joie est essentiel, travailler dans l’excitation est à proscrire. Cette excitation va l’empêcher de se concentrer et donc (entre autres) nuire à la satisfaction de son besoin de réflexion, va le pousser à se mettre en danger et se blesser, et va l’accompagner même bien après la fin de l’activité.

Partager une activité une activité avec un chien actif, demande de bien la choisir, afin que vous et lui y trouviez du plaisir bien sûr, mais aussi pour qu’elle soit en adéquation avec ses besoins, et de la pratiquer judicieusement. Tout cela demande des compétences, et donc du temps pour les acquérir, un travail préparatoire et d’accompagnement (gestion des émotions, apprentissages connexes, préparation physique…), et donc du temps pour le réaliser. Bref cela nous renvoie au point un, un chien actif, cela demande du temps. Surtout que ces temps d’activités ne doivent JAMAIS remplacer balades et interactions sociales, où alors ça serait à nouveau faire pire que mieux. C’est donc du temps en plus. 

Savoir ne rien faire.

On s’habitue à voir certains types de chiens passer leur journée à tourner en rond, à ramasser tous les objets qu’ils trouvent, à nous aboyer dessus, à réagir au quart de tour à la moindre stimulation, sous prétexte justement que ceux sont des chiens actifs.
Sauf qu’un chien actif est un chien qui a besoin d’activité et non pas un chien qui est toujours en activité.
Comme tout chien, le chien actif doit être capable de se poser, pas uniquement pour notre confort à nous (même si il faut reconnaître que le chien sans bouton pause est exaspérant), mais surtout pour lui même. Un chien qui ne pose jamais, ne se calme jamais, ne se repose jamais.
On se retrouve confronté à ce problème de chien constamment en alerte si on ne répond pas à ses besoins certes, mais aussi en lui apprenant, à notre corps défendant à agir de la sorte. Et à ce sujet je vous renvoie à cet article sur l’apologie du calme.
Si vous n’avez pas le temps de lire tout de suite: si vous réagissez à toutes les sollicitations de votre chien et ne l’ignorez lorsqu’il est calme, vous lui apprenez à vous harcelez et à rester en mouvement.
Si votre chien est souvent dans l’excitation, il sera en difficulté lorsqu’il lui faudra se poser (retour au point précédent).

Les chiens actifs sont des chiens qui demandent du temps, des connaissances, de l’investissement et l’envie de faire des choses et de passer du temps ensemble, activement (ce qui ne signifie pas forcément en effort physique mais bien en faisant un truc autre que jouer un peu dans le jardin ou regarder la télé en se câlinant) avec lui.

Il y  a ceux qui, par méconnaissance ou parce que mal orientés, cherchaient un sympa chien de famille et vivent finalement avec un chien à qui il faut plus, parfois bien plus, que ce qu’ils peuvent lui apporter même avec toute leur bonne volonté.
Et il y a ceux qui ont envie de faire certaines activités et adoptent donc un chien actif. Mais là aussi, est ce vraiment le meilleur choix? Bien sûr le chien s’adonnera à ces activités, mais non seulement il faut savoir l’y accompagner, mais surtout la vie ne se cantonne pas aux séances de « travail ». Sommes nous tous à même de vivre avec un athlète tous les jours de notre vie? Je ne le pense pas.
Un chien n’a pas besoin d’être un chien dit de sport pour être un formidable partenaire dans bien des activités. Il n’aura peut être pas la même endurance, la même rapidité de compréhension, la même implication, et alors? Serait ce vraiment un obstacle à notre plaisir ensemble, et même à notre capacité à réaliser de belles choses? A contrario, ces « défauts » ne seraient ils pas des qualités lorsqu’on parle de notre vie de tous les jours? Ne serait on pas mieux avec un chien capable de beaucoup mais très heureux lorsqu’il fait moins?

Pour terminer et illustrer un peu, je voudrais partager avec vous quelques chiffres, qui concernent deux de mes chiens. Nomi est ce qu’on peut appeler un chien sportif et Linux un chien de compagnie. Sur une semaine standard voilà ce que ça a donné:

Nomi Linux
Balades 14H Balades 12H
Construction d’apprentissages 15 min Construction d’apprentissages 15 min
Frisbee ( avec échauffement et retour au calme) 35 min Hoopers 30 min
Proprioception 30 min
Canicross (avec échauffement et retour au calme)  2H
17H 20 soit 2h45 par jour 12H45 soit 1h40 par jour

Lorsque vous faites la démarche d’adopter un chien, voyez toujours au delà des clichés, demandez vous vraiment ce que vous aimez faire, ce que vous pouvez faire, ce que vous voulez faire… Et accueilliez celui qui aura les mêmes besoins et les mêmes envies que vous.

Cet article est le premier d’un série sur le choix du chien, et la prochaine fois, nous parlerons instinct!

28 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.