La marche en laisse, une question d’éducation mais pas que

Publié le Publié dans Non classé

La laisse fait partie de la vie de tous les chiens.
Une sortie en ville, une balade en réserve naturelle, une visite chez le véto, une convalescence, un stage, une pause pipi sur  l’autoroute, les raisons pour lesquelles nous avons recours à ce bout de tissu sont innombrables.
Et comme souvent, ce sont les choses les plus banales qui sont les plus difficiles.
La laisse a beau faire partie de l’environnement quotidien de chien, avoir souvent été la première chose que nous avons acheté lors de son arrivée, elle ne nous pourrit pas moins la vie.
Nombreuses sont les personnes qui se retrouvent avec un chien qui tire en laisse, de façon ponctuelle ou continue, mais toujours très inconfortable et douloureuse.

La marche en laisse, notre meilleure ennemie et notre sujet du jour!

Tout d’abord, de quoi parle t on lorsque l’on parle de marche en laisse? Simplement d’un chien qui se déplace autour de et avec son humain, dans un périmètre déterminé par une laisse, cette dernière restant détendue. C’est tout. Il n’est pas question ici d’épaule collée à la jambe ou de regard vers l’humain. Il n’est pas non plus question d’arrêt au trottoir, d’un suivi continu à vitesse imposée, d’ignorer ou d’abandonner les odeurs se présentant sur le chemin. Tout ça, ce sont d’autres apprentissages, qui peuvent être complémentaires parfois mais qui sont à considérer séparément.
La marche en laisse c’est juste: 1 humain, 1 chien, 1 laisse non tendue.
Un contrat simple: « Tu es libre de tes mouvements, dans la limite de la laisse ».

Bien sûr il y a là une question d’apprentissage. Respecter une distance n’est pas inné, éviter la tension sur le harnais non plus, il faut donc expliquer au chien ce qui est attendu.
Et comme tout apprentissage il faut:

1/ Gérer l’environnement.
Il y a là la question du lieu, un centre équestre, un parc très fréquenté ou un marché ne font pas des conditions de travail optimales pour démarrer un apprentissage.
Mais il y a aussi ici la question du matériel. Les laisses sont souvent bien trop courtes, 1m20 c’est vite parcouru comme distance. Avec une laisse courte, on met le chien en échec en restreignant de beaucoup son périmètre d’action. Un simple changement pour une laisse de 2m diminue énormément le problème, et dans certains cas le fait même disparaître.

2/ Renforcer les bons comportements.
Il y a la distribution de friandises, de caresses ou de compliments lorsque le chien est dans son périmètre bien sûr, mais c’est surtout par le respect de notre part du contrat que nous allons inciter le chien à conserver la laisse détendue. La laisse détendue doit être son accès vers la possibilité de renifler comme bon lui semble, et donc de marcher plus ou moins vite (dans la limite de ce qui est possible pour vous), de faire des pauses de parfois plusieurs minutes ou encore de passer de droite à gauche.

3/ Rendre inopérant les mauvais comportements.
Si la laisse détendue donne accès aux odeurs, aux mouvements, la laisse tendue ne doit pas le permettre.

Ca c’est pour l’aspect technique, et lorsqu’il ne s’agit que d’une question d’éducation, les problèmes de marche en laisse sont très vite réglés. Mais parfois, et je dirais même souvent, c’est l’équilibre de vie du chien qu’il faut considérer.
Pour que le chien respecte le contrat, il faut avant tout respecter ses besoins.
N’oublions pas que marcher en laisse demande au chien d’accepter et de composer avec une contrainte forte dans les moments les plus intéressants/ attendus/ émotionnellement forts de sa vie.
Lui donnons nous la possibilité de renoncer à sa liberté de mouvement?
La clé d’une marche en laisse apaisée est presque toujours à chercher dans la compréhension des motivations du chien à tirer, et leur prise en considération dans son quotidien.

 

 

Le chien tracteur.
Qu’est ce qui peut bien pousser tous ces chiens à être au bout de leur laisse, constamment, inévitablement?

Cela peut être un besoin exploratoire inassouvi, qui pousse le chien à partir en quête de toutes les odeurs à portée de sa truffe, ne prenant même pas le temps de les savourant, tirant de l’une à l’autre comme un drogué en manque.
Cela peut être un manque d’activité physique, qui amène le chien à pousser sur ses cuisses pour évacuer toute cette énergie dont il ne sait que faire.
Cela peut être un état anxieux, un chien mal à l’aise dans l’environnement extérieur qu’il cherche à fuir.
Cela peut être un chien excité, qui ne sait pas se poser, pas prendre le temps de réfléchir à ce qu’il fait ou de renifler.
Cela peut être un instinct de chasse développé, qui pousse le chien a traquer (les lapins dans les champs et les chats en ville) et à courir après.
Cela peut bien sûr aussi être un chien à qui on a appris à tirer, en le suivant bon grès mal grès à chaque impulsion sur la laisse.
Cela peut être un chien trop souvent contraint, qui refuse d’en accepter plus.
Cela peut être un chien dont l’allure naturelle est bien plus rapide que la notre.

Le chien ressort.
Qu’est ce qui pousse un chien à sauter d’un seul coup au bout de sa laisse, nous déboîtant l’épaule au passage?

Ici il faut identifier le déclencheur du bond en avant, puis déterminer sa signification pour le chien.

Un chien peut tirer sur sa laisse pour agresser un congénère qui arrive et lui fait peur. Ou au contraire se précipiter vers lui parce qu’il est en manque d’interactions sociales.
Un chien peut se jeter derrière un chat par instinct de prédation. De même pour tout ce qui roule. Ou parce qu’un lapin passe par là.
Un chien peut tirer sur sa laisse parce que c’est un énorme gourmand et qu’un biscuit au sol lui fait de l’oeil.
Un chien peut vouloir fuir au passage d’une moto parce que le bruit lui fait peur.
Un chien peut tirer pour atteindre ce qu’il vient de voir et qui lui fait envie, parce qu’il manque d’auto contrôle.

Ces listes sont non exhaustives, il  y a autant de raisons que d’individus et de situations.


Ainsi, face à un problème de marche en laisse, il faut se poser les questions suivantes:

  • Ai je enseigné la marche en laisse à mon chien?
  • Est ce que je respecte ma part du contrat?
  • Mon chien est il en capacité de prêter attention à la tension sur la laisse?
  • Mon chien est il respecté dans ses besoins?
  • Est il capable de contrôler son impulsion et de ne pas se jeter sur tout ce qui lui fait envie?

En somme, si un travail d’apprentissage est une condition nécessaire à une marche en laisse agréable et détendue, elle n’est pas suffisante. La réalisation d’un comportement dépend toujours du contexte, et celui ci ne fait pas exception.

Partages 127

3 réflexions au sujet de « La marche en laisse, une question d’éducation mais pas que »

  1. Il y’a toujours pas mal d’articles pour les chiens tracteurs mais les chiens qui ne veulent pas marcher en laisse, qui ne veulent pas avancer, même en ayant eu un apprentissage de la marche en laisse, en ayant donné de l’intérêt à la promenade (friandise, balle ect)
    Mais juste Le Chien à un désintérêt pour la promenade de quartier en laisse.
    Alors que par exemple Le Chien â pratiquement tous les jours une longue promenade détaché en laisse et la aucun problème pour suivre, avoir la patate pour s’amuser ect

    1. Bonjour!
      Effectivement c’est une thématique beaucoup moins traitée… Et c’est vrai que c’est aussi un problème moins fréquent.
      Ceci dit moi je l’ai connu, et c’est effectivement assez peu agréable.

      Donc, qu’est qui peut faire qu’un chien n’avance pas en laisse?
      Il y a bien entendu les questions de santé, certains chiens ont des problèmes pour se déplacer, ponctuellement ou à vie, et là il ne faut pas espérer un rythme soutenu.
      Ensuite, cela peut être un chien qui est mal à l’aise dans son environnement et qui choisi comme option de protection l’immobilité (plutôt que la fuite ou l’agression pour ceux qui tirent).
      Il y a également le cas du chien qui est tellement frustré quand il est en laisse, soit parce que nous contraignons trop, soit parce que l’environnement le tente trop, et pour qui la laisse est devenue un véritable outil de torture avec lequel il refuse de coopérer.
      Et il y a aussi le chien que l’environnement n’intéresse pas (certains chiens n’ont aucune affection pour la ville) et qui ne voit donc pas d’intérêt à s’y déplacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *