Mon chien, au quotidien

Publié le Publié dans Non classé

Le vrai défi, dans la vie avec un animal, il est ici. Pas dans les entrainements, les événements ponctuels, les performances, les stages, même si ils peuvent être éprouvants, instructifs, intenses et marquants par bien des aspects.

La vraie difficulté, c’est de réussir à vivre de façon heureuse et harmonieuse, au jour le jour, avec un individu au langage et besoins différents des notres, malgré nos propres contraintes et en accord avec nos propres désirs et besoins.

Chaque foyer a ses spécificités, mais il y a quand même quelques points cruciaux à garder en tête pour faciliter les choses. Et une seule règle: écoutez votre chien. Lui seul vous dira ce qui lui va ou non, ce à quoi il est capable de s’adapter, ce qui lui suffit et ce qui lui manque.

  • Planifier des sorties régulières

J’ai déjà souvent parlé de l’importance des balades pour le chien. Combinaison d’activités physique, mentale et exploratoire, occasion de contacts sociaux, sortir est indispensable pour le bien être d’un chien. Aussi est il important que les temps réservés aux balades soient prévus dans nos emplois du temps chargés. La balade ne peut pas être la variable d’ajustement, dépendre d’un « Si j’ai le temps ». Ne pas sortir son chien, le sortir trop peu, c’est ouvrir la porte à toutes sortes de problèmes: difficultés à rester seul, excitation en extérieur, incapacité à se poser à la maison, vocalises, destructions, vols etc.
Plusieurs heures par semaine doivent donc être réservées à la promenade du chien. Et je dis bien promenade, pas sortie au club ou travail de la marche en laisse. Non, une balade au rythme du chien, où on renifle, observe, analyse, creuse, mulote et autres activités de chien.
Quand, comment, combien de temps? Là dessus, c’est à vous et votre chien de voir.
Cela peut être une heure tous les soirs en rentrant du bureau ou trois heures trois fois par semaine.
Cela peut être quelques longues balades en forêt ou beaucoup de courtes sorties en ville.
Cela peut être s’assoir dans une pâture et le laisser explorer ou marcher d’un bon pas sur des chemins.
Tout dépend de vos rythmes de vie, vos envies, vos capacités, de votre chien et de sa façon d’aimer se promener, de ses besoins et possibilités. Il n’y a qu’une règle: écoutez votre chien.

  • Identifier les besoins les plus importants

Si la balade ne doit pas être une variable d’ajustement, vous avez besoin d’en avoir. Certains jours seront plus chargés que d’autres et il ne sera pas possible de faire tout ce qu’on aurait voulu. Dans ces moments là, il est utile de savoir ce qu’on peut faire passer à la trappe, et ce qu’il faut essayer de garder.
On peut faire 5 grandes catégories de besoins d’activités:

  • Dépense physique
  • Stimulation mentale
  • Exploratoire
  • Masticatoire
  • Interactions sociales.

Ces besoins sont présents chez tous les chiens, mais pas à la même intensité, pas de la même façon. Chez nous, Nomi a un grand besoin d’activité physique et exploratoire, Linux trouve beaucoup de plaisir et d’apaisement dans les activités masticatoires et Flappy trouve son équilibre dans les activités de simulation mental – Et là vous pouvez apercevoir une des difficultés à avoir plusieurs chiens ;).

  • Adapter et enrichir l’environnement

L’environnement de vie d’un chien a un gros impact sur son bien être et son comportement, quelques ajustements logistiques peuvent parfois faire toute la différence.
Cela peut être poser du cache vue le grillage du jardin pour éviter un chien qui s’excite au moindre passage, installer des barrières bébé pour aider un chien qui nous suit partout à se poser, éloigner le panier d’un chien âgé d’un courant d’air etc.

Un lieu de vie agréable est aussi un lieu de vie intéressant. Ce n’est pas parce que l’on souhaite un chien calme à la maison qu’il doit s’y ennuyer. Si le seul moyen pour notre chien d’avoir de l’activité, peu importe laquelle, est que nous soyons disponible, non seulement cela risque d’être bien trop peu, mais cela peut aussi créer un déséquilibre dans notre relation avec lui.
Alors, dans la maison laissons lui des sabots de veau ou nerfs de boeuf à mâcher, utilisons des jouets distributeurs, des snuffles mats, des Kongs.
Le jardin a lui aussi son rôle à jouer. Il est aussi faux de dire qu’un jardin ne sert à rien que d’en faire une condition essentielle à l’adoption d’un chien. Beaucoup de chiens ne restent pas seuls dans le jardin car ils n’ont rien à y faire, mais il est tout à fait possible d’en faire un lieu de vie intéressant. On peut y organiser des recherches de friandises, y ramener des odeurs extérieures par des branchages, y délimiter une zone à creuser.

Un bon lieu de vie, est un lieu où le chien se sent en sécurité, détendu et ne s’ennuie pas (du moins pas plus que de raison).

 

  • Prioriser certains apprentissages

Souvent, lorsque nous demandons à nos clients la raison de leur appel, ils nous répondent qu’ils souhaitent donner une éducation de base à leur chien. Mais qu’est ce qu’une éducation de base? Le assis-couché-pas bouger?
En réalité, chaque foyer a ses spécificités, chaque chien sa façon de répondre à l’environnement, et il serait dommage, et même contre productif, de ne pas en tenir compte lors du choix et de la mise en place des premiers apprentissages.
Pour exemple, si vous vivez sur une rue passante, la toute première chose à apprendre à votre chien pourrait être de ne JAMAIS sortir sans signal. Ou si vous habitez un petit studio et mangez vos repas sur la table basse, cela pourrait être de ne pas toucher à la nourriture qui y est posé. Ou si vous faites 45kilos et que votre chien sera amené à en peser 70, cela peut être ne pas tirer en laisse, en toute situation.
Sachez prioriser votre apprentissage afin d’enseigner d’abord ce qui vous sera réellement utile, ce qui apportera sécurité et confort au quotidien.

  • Trouver un terrain d’entente

Vivre ensemble, ce n’est pas tous les jours facile, aussi est il important à mon sens de trouver un moyen de faire la paix, quelque chose à faire ensemble qui nous fait toujours plaisir.
Pour certains ce sera aussi simple qu’aller se promener, pour d’autres ce sera se promener avec d’autres chiens et leurs humains.
Cela peut être le plaisir de suivre des stages ou pratiquer un sport ensemble (pour peu qu’on ne se mette pas trop la pression).
En un mot, il s’agit de trouver une activité à pratiquer avec son chien , qui soit pour lui un plaisir et pour nous un loisir.

 

La plupart d’entre vous vivent déjà avec un chien au moment où ils lisent ces lignes, mais pour ceux qui n’ont pas encore franchi le cap, je voudrais rajouter une chose.
N’oubliez pas cette importance du quotidien dans le choix de votre futur compagnon. Oui certaines races trustent les podiums mais on ne vit pas sur un terrain d’entrainement. Oui notre empathie nous donne  envie de recueillir certains martyrs, mais sommes nous capables de leur offrir l’environnement et l’accompagnement dont ils ont besoin au jour le jour? Oui, certains chiens sont absolument splendides mais ce qui rythmera votre quotidien, ce n’est pas son physique mais son instinct et ses besoins.
Vivre avec un chien, c’est 12ans, 15ans, ensemble, jour après jour. La seule question qui devrait vraiment guider votre choix est celle ci: Lui et moi, trouverons nous à ajuster nos envies et nos contraintes, pour être bien ensemble tous les jours ou presque?

10 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.