Sortir le chien, le sortir vraiment

Publié le Publié dans Non classé

  Que celui qui n’est pas un jour rentré à bout de nerfs d’une balade parce que son chien a tiré comme un bourrin sur sa laisse / n’est pas revenu au rappel / a aboyé sur tous les promeneurs / s’est jeté sur tous les chiens / a ramassé tout ce qui passait sous sa truffe / ne voulait pas avancé / a voulu poursuivre tous les vélos / ne voulait pas lâcher son trou de taupe (Rayez  la ou les mentions inutiles) , lève la main.

Alors oui la question des éducatifs, de leur mise en place et de leur valorisation est à se poser. Oui également il peut y avoir un travail de désensibilisation/habituation à mener.

Mais ce dont je voudrais parler ici, c’est de notre erreur de jugement dans le choix de nos balades.

Je ne vais pas parler ici des sorties que nous faisons avec notre chien pour aller quelque part, pour travailler un point d’éducation, pour le socialiser ou le familiariser, pour vous promenez vous. Je vais parler de la balade que l’on fait pour le chien. Celle qui est sa bulle d’oxygène, pendant laquelle il jouit de plus grande liberté de mouvement et d’action possible (dans le respect des lois, de la sécurité et des autres).

Au quotidien, nos chiens sont énormément en « gestion »: se poser et attendre quand les humains sont au travail, ne pas se servir sur la table même si cela sent diablement bon, ne pas tirer sur la laisse même si on a rien fait depuis 4h et qu’on est super content de sortir, ne pas voler les chaussures même si on a bien envie de mâchonner quelque chose de nouveau, ne pas courir après le chat même si on est plein d’énergie etc. On peut continuer la liste longtemps.

Pour obtenir cela de nos chiens, nous mettons en place des apprentissages que nous enseignons, valorisons, confortons. Mais il faut bien garder à l’esprit que pour que le chien soit capable d’appliquer ces apprentissages, il faut respecter un certain équilibre de ses besoins. Vous pouvez enseigner une superbe marche en laisse à votre malinois très dynamique, il y a fort à parier que lorsque vous lui mettrez sa laisse après 3 jours sans sortir et sans rien faire, il tire de bon coeur parce que la perspective de sortir est bien trop excitante, à la fois pour qu’il pense même à faire attention à la tension de la laisse, mais aussi pour qu’il y accorde de l’importance de toute façon. De même si vous ne nourrissez pas votre labrador pendant plusieurs jours, que vous laissez un joli poulet rôti sur votre table basse, peu importe à quel point vous avez valoriser le fait de ne pas toucher, il passera outre, parce qu’à ce moment là, manger ce poulet, c’est tout ce qui compte.

C’est logique, pour que nos chiens puissent abandonner leur comportement initial et adoptent celui que nous souhaitons, il faut que le besoin rempli par le dit comportement soit comblé à un moment ou un autre.

Ce qui m’amène à la question de la balade du chien: la balade du chien, c’est la soupape de sécurité. C’est ce moment qui lui permet de pouvoir gérer au quotidien la perte de liberté de mouvement, voir la perte de mouvement tout court et l’impossibilité de saisir les opportunités.

Sauf que bien souvent, lorsque l’on est en extérieur avec nos chiens, nous devons à nouveau faire peser des contraintes. Il y a le rappel, mais il y a bien plus. En cette période printanière, les stimulations ne manquent pas, les promeneurs (et leurs chiens), cyclistes et sportifs réinvestissent les parcs. Autant de stimuli face auxquels le chien doit se gérer.
Alors au bout d’un moment, parfois, cela fait trop de frustration, trop d’énergie emmagasinée aussi souvent, pour notre chien, et l’impératif de répondre à un besoin reprend le dessus. Et c’est ainsi que notre chien qui a un si bon rappel suit l’appel du large alors que nous le rappelons pour la 5ième fois en 5 minutes parce qu’un énième vélo arrive à l’horizon.

C’est pour respecter l’équilibre de notre chien qu’il est important de veiller à ce moment de la balade du chien, de lui offrir ce moment de liberté. Cela implique de choisir son lieu, son heure. Il faut parfois faire un peu de route, parfois se lever un peu tôt, parfois sortir un peu tard, afin de réunir les conditions nécessaires.
Finalement, ce n’est même pas un effort pour nous, car ce petit moment pour laquelle nous devons peut être déployer un peu plus de moyens, est souvent la porte vers un quotidien bien plus simple, car avec un chien plus serein.

Chaque chien aura sa balade idéale, celle qui lui permet de laisser le mieux libre cours à qui il aime et ce dont il a besoin.
Les meilleures balades pour Flappy sont celles où il peut s’enivrer d’odeurs sans rencontrer de difficultés à se mouvoir, sans devoir déployer d’énormes efforts physiques. Alors régulièrement nous sortons juste tous les 2 dans le quartier, tôt le matin ou tard le soir, et nous suivons son nez.
Les meilleures balades pour Linux sont celles où il peut creuser, chasser les petites bêtes, traquer les terriers. Pour le poser, rien de mieux qu’un marais.
Les meilleurs balades pour Nomi sont celles où elle peut se déplacer, parfois vite, parfois loin, au gré de ces envies et des stimuli. Rien ne la calme plus qu’une sortie dans un énorme pré désert.

En apprenant à connaître votre chien, vous saurez ce que vous devez lui offrir pour son équilibre, pour qu’à son tour il puisse vous offrir sa collaboration dans un quotidien qui devient tout de suite bien plus simple et agréable.

 

0 Partages

8 réflexions au sujet de « Sortir le chien, le sortir vraiment »

  1. C’est clair c’est ce que j’essaie de faire un maximum , avec la plupart de mes chiens hélas , je ne peux me permettre de le faire avec l’un d’entre eux trop conditionné pour la chasse qui fugue déja sans arrêt afin de pouvoir courser les chats qui la narguent au delà de la haie …. désensibiliser me diriez vous ? j ai des chats qu elle respecte et ceci même dans le jardin …j’ai d’autres chiens conditionnés a la chasse avec lequel j’ai pu faire un travail formidable et ceci afin de leur donner un peu de liberté , mais cela me mine de ne pas pouvoir le faire avec celui-là qi a peine dehors sort instinct qui je pense est son premier plaisir de la sortie …

  2. Bien de rappeler l’important : la ballade du chien. Pas le jogging de son humain qu’il doit suivre sans rien faire d’autre. J’adapte le rythme à mes chiens. Ils creusent j’attends qu’ils en aient assez. Promenades toujours en forêt avec rivière.

  3. Excellente remise à l’heure de l’humain soyons à l’écoute des besoins et plaisirs de notre chien c’est le minimum à rendre pour le remercier de son amour pour nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.